Semaine 1

© Éric Beauséjour COCKTAIL D'OUVERTURE

©Courtoisie du Théâtre Plaza

Dévoilement de la programmation et ouverture des célébrations du Mois du patrimoine asiatique

Mercredi 1 mai 17h30 à 20h

Entrée libre

Théâtre Plaza
6505, rue Saint-Hubert
Métro Beaubien

Communiqué de presse

Le mercredi 1er mai, vous êtes cordialement invités à célébrer le coup d’envoi de la 24e édition du Festival Accès Asie au Théâtre Plaza.

Animé par Darleen Wong, le cocktail d’ouverture marquera également le début du Mois du patrimoine asiatique du Canada. Au menu, un mot de bienvenue de notre invité d’honneur, Guy Sioui Durand, quelques extraits de spectacles qui seront présentés tout au long du festival, le tout agrémenté de bouchées tibétaines, que nous vous encourageons à déguster sans modération.

L'équipe du Festival Accès Asie aura le plaisir de vous présenter sur scène Yuki Isami qui présentera un extrait de son concert Brise japonaise, les danseuses de l’ensemble de musique et de danse indonésienne Giri Kedaton qui partageront leur répertoire de danses balinaises et le magicien Yan Lee Chan qui distribuera des étoiles dans les yeux de chacun.

Enfin, la musique des DJ et VJ Interstellaire II et Me Float finira la soirée en beauté!

Toute l'équipe du Festival aura le plaisir de vous accueillir afin de dévoiler cette 24e édition qui s’annonce pleine de découvertes et de surprises.

Événement Facebook


©Courtoisie de Guy Sioui DurandGuy Sioui Durand – Invité d’honneur

Wendat (Huron), Guy Sioui Durand est sociologue théoricien, commissaire indépendant, critique d’art et conférencier-performeur. Son regard sur l’art autochtone et l’art contemporain met l’accent sur le réensauvagèrent de nos imaginaires et le renouvellement des relations. Guy se spécialise dans plusieurs champs différents, mais toujours complémentaires. Il enseigne le cours Initiation à l’art autochtone moderne et contemporain à l’institution autochtone Kiuna, seule institution postsecondaire entièrement autochtone depuis 2012. Depuis cet hiver 2019, il enseigne aussi l’Histoire de l’art autochtone à l’UQAM. Guy Sioui Durand est un auteur de référence pour la culture autochtone, parmi ces publications figurent L’art comme alternative. Réseaux et pratiques d’art parallèle au Québec (1997), Riopelle Indianité (2003) et l’Esprit des Objets (2013). siouidurand.org

Darleen Wong ©Katie-Marie Photography_6Darleen Wong – Designer d’intérieur

À la croisée des chemins, voilà l’expression qui permettrait de qualifier Darleen Wong, designer d’intérieur née d’une mère dominicaine et d’un père d’origine chinoise. Polyglotte, c’est sa grand-mère qui l’élève lors de sa jeunesse en République dominicaine. Pour affirmer sa richesse culturelle, elle s’expatrie à Beijing et à Hangzhou pour y étudier le mandarin. Cette fusion éclectique des cultures cultive son processus de création dans son travail. Aujourd’hui, avec près d’une décennie d’expérience dans l’industrie du design d’intérieur, elle donne un nouvel élan à l’approche de sa discipline et pour la première fois, elle formule un terme pour nommer ses ouvrages et créations : le Boudoir Therapydarleenwong.com

Yuki Isami ©Joachim RaginelYuki Isami – Flûte

Originaire du Japon, Yuki Isami a découvert la musique à l’âge de quatre ans par l’intermédiaire du piano. Après avoir reçu les premiers prix du College of Drama and Music de Toho à Tokyo et du Conservatoire de Musique de Montréal, elle poursuit aujourd’hui une carrière de flûtiste. Elle a participé à de nombreux festivals à l’international et s’est produite dans différents orchestres dont l’Orchestre Métropolitain de Montréal et l’Orchestre symphonique de Québec. Parallèlement, elle a travaillé sur différents projets pour promouvoir la musique et la culture japonaise au Canada avec des instruments tels que le shinobue, le koto ou le shamisen. Elle a notamment arrangé et interprété le spectacle Musique japonaise : Branches et racines et TSUKI un conte musical et visuel. yukiisami.com

Giri Kedaton © Jérôme BertrandGiri Kedaton – Ensemble de musique et de danse

Giri Kedaton, qui signifie « Montagne Royale » en Balinais, est né grâce au don de deux gamelans balinais par le gouvernement indonésien à la faculté de musique de l’Université de Montréal, suite à l’exposition universelle de Vancouver en 1986. Un atelier de gamelan balinais est créé et est rapidement victime de son succès, il accueille des grands maîtres de la musique balinaise. En 1995 l’idée de créer un ensemble autonome et distinct de l’atelier de gamelan se concrétise : c’est la naissance de Giri Kedaton. Composé de 25 musiciens et de 3 danseuses, l’ensemble s’est produit dans de nombreux festivals tels que les Francofolies 2016, le Festival Classica, le festival Traditions du Monde de Sherbrooke et le festival Orientalys. En 2007, Giri Kedaton a développé un projet intitulé Bali X qui fusionne musique balinaise et divers autres styles comme le métal, la techno, la pop, le rock, etc. Le mandat de Giri Kedaton est de faire rayonner la musique et la culture balinaise à Montréal et dans le reste du Québec et du Canada, de mettre en valeur la culture balinaise et d’entretenir les liens entre la communauté musicale de Bali et celle de Montréal. girikedaton.com

Yan Lee Chan ©Yan Lee Chan_2Yan Lee Chan – Magicien

Yan Lee Chan a toujours été fasciné par la création de moments magiques. Dès un très jeune âge, il pratique l’art de la magie et de la prestidigitation. Il est ensuite formé en arts plastiques et termine des études en production théâtrale où il se spécialise en conception d’éclairages. Avec sa double casquette, Yan a collaboré avec plusieurs metteurs en scène et compagnies tels que Marie Choinard, Marie Brassard, Denise Filiatraut, les 7 doigts de la main ou encore Rubberbandance Group. Le magicien présente plus d’une centaine de spectacles par année dans la région montréalaise dont son spectacle L’art de la magie dans les écoles et bibliothèques. Il élabore constamment son programme de Micro-Magie qui se passe juste sous vos yeux, à quelques centimètres ou même dans vos propres mains. magicienmontreal.ca

Interstellar II et MF credit Julien Champagne Interstellaire II et Me Float – Duo DJ et VJ

Chittakone Thirakul est Interstellaire II et Gabrielle Goudbout est Me Float. Ensemble, ils forment un projet sonore et visuel conçu par deux artistes représentés par la maison de disque Jeunesse Cosmique. Le duo, qui désire côtoyer les étoiles, est également à la barre de l’émission qui porte le même nom sur les ondes de CISM. Ils se consacrent ainsi à retrouver les trésors perdus et à découvrir le futur de la musique. Chittakone, qui est d'origine laotienne, rend hommage à ses racines asiatiques avec son projet Hazy Montagne Mystique. Le duo aime animer ses soirées avec de la musique orientale, asiatique et teintée de style divers.

© Éric BeauséjourDANSE ©Alvin Collantes et David López Subdíaz

Éclosion & Arūpa

Jeudi 2 mai au samedi 4 mai à 19h30
Dimanche 5 mai 16h

21 / 29$

ÉDIFICE WILDER - Espace danse
1435, rue de Bleury
Métro Place-des-Arts

Communiqué de presse

Le Festival Accès Asie et Tangente vous convient à une soirée double avec Éclosion du jeune danseur Tanveer Alam et Arūpa, une cocréation des danseuses Julie Beaulieu et Sonia St-Michel qui seront présentés à l'ÉDIFICE WILDER - Espace danse du 2 au 5 mai.

Dans Éclosion, Tanveer Alam un jeune virtuose bangladeshi-canadien cherche à éveiller son corps et son esprit. Inspiré par Kumudini Lakhia, figure de proue du kathak, il se questionne: «Que puis-je apporter à cette danse? Pourquoi a-t-elle besoin de moi?» Porté par une trame électronique, il cultive une temporalité non-linéaire, délaissant la structure de la musique classique indienne. Il s’exprime par motifs rythmiques, fusionnant émotion et composition. Sa danse viscérale et nuancée se déploie dans l’espace, mais aussi dans les profondeurs de son corps. Le danseur se réinvente à travers la danse.

Dans Arūpa de Julie Beaulieu et Sonia St-Michel, le Bharatanatyam et l’Odissi se rencontrent à travers la danse contemporaine et les expériences des interprètes. Telles des guerrières contemplatives, ces deux femmes passent de l’invocation à l’évocation pour construire une architecture de sons et de mouvements: un temple imaginaire. Épousant les motifs d’un yantra, espace rituel géométrique inspiré de diagrammes et de jeux, la danse se métamorphose sans cesse: corps, mémoire, pensée, images et traces vacillent entre la forme et le sans forme.

Rencontre avec les artistes après la représentation du 3 mai.

Atelier ouvert à tous le 4 mai de 14 h à 15 h 30 avec Tanveer Alam.

En collaboration avec

Logo Tangente

Événement Facebook

Achetez vos billets!

Billets pour l'atelier


Tanveer Alam ©Alvin Collantes_3Tanveer Alam – Danseur et chorégraphe

Originaire de Montréal, Tanveer Alam est un danseur passionné et charismatique, dont les performances témoignent de son amour pour la danse. Il a commencé sa formation en danse kathak avec Sudeshna Maulik et il a ensuite développé son art avec la guru Sandhya Desai. Il a également participé à divers ateliers et a exploré les différentes facettes du kathak avec différents maîtres tels que Pandit Birju Maharaj, Kumudini Lakhia et Nahid Siddiqui. En septembre 2016, Tanveer s’est joint à la School of Toronto Dance Theatre et il étudie actuellement en 3e année en danse contemporaine. Le danseur se produit régulièrement en Amérique du Nord et il a eu l’occasion de danser dans les œuvres de divers maîtres chorégraphes tels que Pandit Birju Maharaj, Danny Grossman, Rina Singha et Janak Khendry. En 2019, il présente son premier solo à Tangente.

Julie Beaulieu ©David López Subdíaz_2Julie Beaulieu – Danseuse et chorégraphe

Danseuse, chercheure et enseignante, Julie Beaulieu détient une maîtrise en danse de l’UQAM. Disciple de Vidwan Rohini R. Imarati depuis 2003, elle séjourne périodiquement en Inde afin de perfectionner l’art du Bharatanatyam, d’offrir des spectacles et de réaliser des résidences de recherche chorégraphique. Ses collaborations et créations passées l’ont amenée à travailler à l’international. En 2010, Julie a cofondé Saṃskāra : les artisans du passage avec le musicien et chercheur Jonathan Voyer. L’organisme a pour mission de promouvoir le dialogue transculturel par l’entremise des arts. Julie est membre associée du Centre d’études et de recherche sur l’Inde, l’Asie du Sud et sa diaspora (CERIAS) et a entrepris en 2018 un doctorat en études et pratiques des arts (UQAM). Les concepts de transculturalité, de métissage et de migration du geste occupent ses intérêts de recherche, tant dans la pratique que dans la réflexion. samskara.ca

Sonia St-Michel ©David LopezSonia St-Michel – Danseuse et chorégraphe

Interprète en danse Odissi, Sonia a d’abord été formée à Ottawa au début des années 2000 et depuis 2005 elle perfectionne son art en Inde auprès des maîtres Aloka Panikar et Sujata Mohapatra. Passionnée de musique, Sonia reçoit une formation en chant classique auprès de Stéphanie Piercy Beames. Elle a également une pratique soutenue de la Technique Alexander et du Yoga. Chorégraphe indépendante, Sonia crée des œuvres poétiques et intimes inspirées de sa pratique en danse indienne et nourries par des collaborations interdisciplinaires. Elle s’est produite en Inde, au Canada et au Mexique. Sonia enseigne la danse Odissi et offre des ateliers et spectacles en milieu scolaire. soniastmichel.com

© Éric BeauséjourCABARET QUEER

Kalyug : A Queer Cabaret in the Age of Darkness

Vendredi 3 mai 21

10$

Sala Rossa
4848, boulevard Saint-Laurent
Métro Laurier

Communiqué de presse

Connu sous la dénomination d’un âge sombre dans les philosophies hindoues et du sous-continent indien, Kalyug (Kali Yuga) se réfère au 4e et dernier cycle du monde, celui qui précède sa destruction et sa renaissance.

À une époque où nous vivons une crise environnementale sans précédent, avec des tensions raciales et des sentiments anti-immigrés croissants et où des attaques contre les communautés LGBTQ+ ont cours, Kalyug : A Queer Cabaret in the Age of Darkness rassemble une génération d’artistes asiatiques de la relève, queer et trans, afin qu’iels puissent partager leurs vérités, qu’iels puissent mettre en lumière leurs vécus et qu’iels puissent créer de la magie guérissante en ce temps d’obscurité.

 Kalyug : A Queer Cabaret in the Age of Darkness est orchestré et animé par Kama La Mackerel avec The Balcony, Jess Tran, Seckin Sinar, Naya Salamé, Shin LingYassi Vile et Laila Gulabi, des artistes LGBTQ+ oeuvrant dans les domaines de la poésie, de l’art de la parole, de la musique et de la danse.

Événement Facebook

Achetez vos billets !


© Alexandre SouzaThe Balcony – Duo acoustique pop-rock/folk

The Balcony est un duo de musique pop-rock / folk acoustique formé en 2015 et composé de Rhys Sheng et T.Y Jung, tous deux immigrants arrivés à Montréal très jeunes. Le duo a été nommé d’après le lieu de rencontre de leur enfance entre leurs deux appartements, affectueusement surnommé « The Balcony ». Leur première chanson The Balcony est consacrée à leur amitié qui dure depuis une décennie. Rhys est un artiste vidéo, interprète et écrivain qui vient de terminer ses études en communication au Collège Vanier. T.Y étudie à l’Université de Montréal. Danseur et interprète de théâtre musical, il a travaillé avec des compagnies locales telles que Mainline Theatre et Centaur Theatre.

Seckin Cinar ©Kama La MackerelSeckin Cinar – Artiste multidisciplinaire

Seckin Cinar est un chorégraphe, interprète, acteur, danseur, poète, professeur de yoga et musicien émergent basé à Montréal. Après avoir étudié les arts de la scène à Istanbul et travaillé comme acteur et danseur, il a immigré à Montréal en 2018. Il est toujours à la recherche du bon canal pour exprimer sa voix artistique dans ce nouveau pays. Il est actuellement en formation chez True North Insight, où il pratique le bouddhisme, et étudie avec Echart Tolle à l’Echart Tolle School of Awakening.

© Juliet MazraNaya Salamé – Artiste interdisciplinaire

Naya Salamé est une artiste libanaise interdisciplinaire. Elle est née et a grandi à Beyrouth et a récemment déménagé à Tiohtiá: ke / Montréal. Elle s’intéresse à l’exploration des questions d’espoir, de rétablissement et de transformation dans un monde violent, patriarcal et colonial.

Jess Tran © Kelly KimJess Tran – Artiste de spoken word

Jess Tran est le.a plus jeune enfant d’une famille de réfugiés vietnamiens. Né.e et élevé.e à Oskana Kasetaki / Regina, iel habite maintenant à Tiohtiá: ke / Montréal.

© Shin LingShin Ling – Artiste multidisiplinaire

Shin Ling est un artiste multidisciplinaire qui aime développer et trouver de nouvelles façons de créer de l’art à travers la photographie, la poésie, l’art journal, le chant et la pratique du ukulélé. Croyant fermement que l’art devrait être une expérience de guérison, d’empathie et de connexion, elle explore des pensées et des idées authentiques par rapport à son expérience; celles-ci incluent le genre, la race, la sexualité et la santé mentale. Elle termine actuellement un programme d’études en communication et une mineure en éducation à l’Université Concordia. Elle adore le thé vert et le chocolat!

©Val BahYassi Vile – Artiste de spoken word

Yassi Vile est une Asiatique de l’Est adoptée et queer. Dans un franglais cassé et bégayant, elle chemine à travers la vie en équilibrant ses traumas et ses espoirs. Elle croit en la magie intrinsèque que portent en elles les femmes et personnes féminines racisé.e.s et au trépas éventuel de l’hétéro-cis-suprématie blanche. Toutes ses histoires mélangent peine et joie, pour ensuite les enrober d’honnêteté et d’attention.

Laila Gulabi ©Abdullah SyedLaila Gulabi – Drag Queen

Avec ses lip-syncs de Bollywood, Soca et les nouveaux hits italiens, vous êtes sûr de trouver votre bonheur avec Laila Gulabi (elle en drag/iel en personne), un.e drag basé.e à New York qui s’inspire de ses origines indo-guyanaises et italiennes dans son art. Son éducation à New York, une ville pleine d’immigrés fiers de leurs origines influence la vision de son art. Elle est un.e des rares drags ouvertement musulman.e et guyanais.e, et elle est déterminé.e à créer un espace pour les individus qui ont des identités similaires à travers sa pratique unique dans l’espace queer en Amérique du Nord, un monde qui est souvent homogène et éthnocentriste blanc.

© Pascha MarrowKama La Mackerel – Commissaire et animatrice

Originaire de l’île Maurice, Kama La Mackerel est une artiste multidisciplinaire, écrivaine, éducatrice et médiatrice culturelle qui a élu domicile à Montréal. Elle est la fondatrice de GENDER B(L)ENDER, l’unique micro ouvert LGBTQ+ de Montréal, la fondatrice et la directrice artistique de Our Bodies, Our Stories, un programme de mentorat artistique pour les QTBIPOC (Queer & Trans, Black, Indigenous, People of Colour) et la commissaire de The Self-Love Cabaret. L’œuvre de vie de Kama, son travail communautaire et sa pratique artistique s’entrelacent autour des thèmes de la décolonialité, de la justice, de l’amour, de la guérison et de l’engagement pour la construction de relations. lamackerel.net

© Éric BeauséjourART VISUEL

Expo ©Kamal

Vernissages
Exil – Peuples d’ici et d’ailleurs & Bridges of Hope 

Samedi 4 mai 14h à 17h

Entrée libre pour le vernissage
Exposition présentée du 4 au 26 mai
Du mercredi au dimanche entre 12 h à 17 h
Adultes : 8$ ; Aînés : 6$ ; Étudiants : 5$ ;
5 ans et moins : Gratuit

Musée des maîtres et artisans du Québec
615, avenue Sainte-Croix
Métro Du Collège

Communiqué de presse

Le Festival Accès Asie, en collaboration avec le Musée des maîtres et artisans du Québec, les Productions Feux Sacrés et Teesri Duniya Theatre est ravi de présenter la double exposition collective Exil – Peuples d’ici et d’ailleurs et Bridges of Hope.

Exil – Peuples d’ici et d’ailleurs, mise en place par les co-commissaires Hanieh Ziaei et Nadine St-Louis rassemble Eruoma Awashish, Chadi Ayoub et Kamal. Ces artistes y explorent la thématique de l’exil comme un moment de transition et de mutation, à la fois individuel et collectif.

Bridges of Hope quant à elle aborde la notion de l’exil, de la diaspora et des expériences interculturelles à travers des œuvres visuelles et photographiques des artistes sud asiatique Anita Rau Badami, Jayanta Guha et Jaswant Guzder, qui est également la commissaire de cette exposition.

En collaboration avec

Musée des Maîtres et artisans du QuébecLogo Teesri Duniya

    Les productions Feux Sacrés

Événement Facebook


Eruoma Awashish ©Nadya KwandibensEruoma Awashish – Artiste visuelle

Eruoma Awashish est détentrice d’un baccalauréat en art interdisciplinaire de l’Université du Québec à Chicoutimi. Elle a récemment participé à la Biennale d’art contemporain autochtone (BACA) et présenté à l’hiver 2017- 2018 une installation au Musée des beaux-arts de Montréal. Sa démarche artistique vise à créer des espaces de dialogues et ainsi faciliter la compréhension de la culture des Premières Nations. Ayant vécu dans la communauté d’Opitciwan, de Wemotaci et de Mashteuiatsh, Eruoma a une grande appartenance à sa culture autochtone. Son travail parle de métissage et de métamorphose. La souffrance et la blessure sont des thèmes qu’elle aborde souvent, car, selon elle, la souffrance peut devenir un passage vers la transformation et le dépassement de soi. Son travail est empreint de spiritualité, de symbolisme et de syncrétisme. Par ces symboles qui s’entrecroisent et s’entrechoquent, ses œuvres parlent à la fois de contraste et de métissage, de dualité et d’équilibre, de souffrance et sérénité, de blessures et de guérisons.

Chadi Ayoub ©Adriana Garcia CruzChadi Ayoub – Artiste visuel

Né au Liban, Chadi Ayoub est diplômé de l’École nationale des Beaux-Arts de Beyrouth et de l’École de Design de l’UQAM. Il a démarré sa vie professionnelle en tant que scénographe dans une troupe de théâtre de marionnettes pour enfants. Sa démarche et ses préoccupations artistiques portent principalement sur les matériaux recyclés. En 1999, il s’est lancé dans l’exploration du papier journal recyclé, il a alors développé un procédé technique qui lui permet de réaliser des sculptures de grandes tailles, robustes et légères qui résistent aux intempéries. Établi à Montréal depuis 2005, il a participé à plusieurs expositions solos et collectives. En 2016, il commencé une tournée au Québec avec son TRIPTYQUE. Au printemps 2019, il fait son retour à Montréal avec TRIPTYQUE au Centre d’exposition Lethbridge. chadiayoub.com

Kamal ©Shahriar AsadiKamal – Photographe

Né en Iran, Kamal découvre la photographie dans les rues de son enfance. Son intérêt pour la photographie documentaire nait suite à son enrôlement dans l’armée pendant la guerre Iran-Irak. Sous le mentorat de Chehrenegar, photographe iranien renommé, Kamal commencera à prendre des photos illustrant les aspects sociaux et politiques de la vie sous le régime de la République islamique d’Iran. Sa motivation principale est de capturer et partager avec le public des moments éphémères et historiques. Photographe documentaire indépendant depuis 1991, ses photos ont été publiées dans divers médias iraniens, nord-américains et européens, notamment des livres, des magazines et des journaux. Ses œuvres ont également été exposées à l’international dans le cadre d’expositions individuelles et collectives et font partie de plusieurs collections publiques et privées. Il vit à Montréal depuis 2003 où il se consacre à un projet sur la question de l’identité culturelle, dans le cadre du changement des politiques sur le multiculturalisme et l’immigration au Québec. Son travail documentaire avec Stanley Lewis a été exposé par le Musée des beaux-arts de Montréal, en 2006. kamalphoto.com

Hanieh credit Hamed TabeinHanieh Ziaei – Critique d’art

Dans le cadre de ses recherches en sociologie de l’art à l’UQAM et à l’ULB, Hanieh Ziaei travaille sur la place et le rôle des artistes iraniens en exil. À titre de commissaire d’exposition, elle s’intéresse à la trajectoire des artistes dits de la diversité culturelle et aux dimensions politiques et sociales de l’art contemporain. De par sa triple culture aux carrefours de Montréal, Bruxelles et Téhéran, elle vit l’exil comme une parcelle de sa propre identité. Elle collabore également avec plusieurs périodiques culturels québécois (Vie des arts, Séquences, Ex-Situ, TicArtToc (DAM)) et belges (Archipels, Espace de Libertés). Depuis le mois de janvier 2019, elle occupe le poste de directrice par intérim au Centre culturel Georges-Vanier à Montréal, en continuant son engagement pour l’équité sociale.

Nadine St-Louis ©Nadya KwandibensNadine St-Louis – Commissaire

Nadine St-Louis est une entrepreneuse sociale et culturelle aux racines mi'kmaqs, acadiennes et écossaises. Elle détient plus de 25 ans d’expérience dans les affaires tant en gestion, qu’en développement et qu’en gouvernance communautaire. De plus, elle siège sur le comité-conseil pour le Ministre de la Culture pour le renouvellement culturel au Québec. Au fil des années, elle est devenue une figure importante dans le développement de l’économie autochtone par les arts et la culture au Québec, au Canada et à l’échelle internationale, grâce à des événements culturels et à des modèles d’affaires novateurs. Entrepreneure, conférencière et formatrice, Nadine St-Louis dirige les Productions Feux Sacrés ainsi que l’Espace Culturel Ashukan (plateforme de représentation permanente située au coeur historique de Montréal) pour permettre aux artistes autochtones d’avoir accès au marché de l’art et de se faire connaître au-delà du Canada.

Anita BadamiAnita Rau Badami – Artiste visuelle, auteure et critique

Anita Rau Badami dessine les images visuelles de son travail textuel et peint les émotions humaines. Artiste visuelle, auteure et critique, son travail a été salué à l’échelle nationale et internationale pour son portrait émouvant et humoristique de la vie de famille au Canada et en Inde. Anita est l’auteure de Tamarind Mem (1996), The Hero’s Walk (2001), Can you Hear the Nightbird Call? (2006) et Tell it to the Trees (2012). Elle a remporté le prix du meilleur livre du Commonwealth pour Hero’s Walk et le prix Marian Engel pour l’ensemble de son œuvre.

Jayanta GihaJayanta Guha – Artiste multidisciplinaire

Jayanta Guha, habitant au Saguenay, est un artiste multidisciplinaire touchant tant à la photographie, qu’à la poésie, la musique ainsi que l’écriture. Ses expressions artistiques recherchent le lien intime entre la vie, la terre, l’eau et la lumière. En tant qu’artiste visuel, les images comparatives constituent une partie importante de son exploration, où l’environnement humain et physique est juxtaposé. Son travail a été présenté au Canada et à l’étranger.

Jaswant GuzderJaswant Guzder – Artiste visuelle, auteure et pédopsychiatre

Toutes les œuvres de Jaswant Guzder retracent le long parcours qui caractérise la 3e génération de Canadiens d’Asie du Sud qui redessine les identités et les basculements entre les mondes. Ses œuvres ont été exposées à Montréal et dans diverses galeries à Victoria, Londres, New York, Rome et en Inde au cours des dernières années. Elle a réalisé de nombreuses couvertures de livres et contribué aux pages Web de la psychiatrie culturelle aux États-Unis, de la World Psychiatric Association et de McGill, où elle donne un atelier d’été au centre d’arts visuels sur la création de livres visuels. Les livres de Jaswant abordent les thèmes de la migration et des conversations d’association libres réunies à partir de livres démantelés. Ces livres s’inspirent en partie de son travail thérapeutique qui consiste à écouter la continuité du récit.

© Éric Beauséjour

ART VISUEL - CONFÉRENCE

Conférence ©Kamal

Rencontre avec les commissaires
Exil – Peuples d’ici et d’ailleurs & Bridges of Hope 

Dimanche 5 mai 2019 à 14 h

Entrée libre

Musée des maîtres et artisans du Québec
 615, avenue Sainte-Croix
Métro Du Collège

Communiqué de presse

Pour faire suite aux expositions Exil – Peuples d’ici et d’ailleurs et Bridges of Hope, venez rencontrer les co-commissaires Hanieh Ziaei et Nadine St-Louis, ainsi que Rahul Varma, dramaturge et directeur artistique de Teesri Duniya Theatre.

Ensemble, ils reviendront sur la thématique de l’exil et du territoire.

Événement Facebook

En collaboration avec

Musée des Maîtres et artisans du QuébecLogo Teesri Duniya

   Les productions Feux Sacrés


Hanieh Ziaei_©Hamed TabeinHanieh Ziaei – Critique d’art

Dans le cadre de ses recherches en sociologie de l’art à l’UQAM et à l’ULB, Hanieh Ziaei travaille sur la place et le rôle des artistes iraniens en exil. À titre de commissaire d’exposition, elle s’intéresse à la trajectoire des artistes dits de la diversité culturelle et aux dimensions politiques et sociales de l’art contemporain. De par sa triple culture aux carrefours de Montréal, Bruxelles et Téhéran, elle vit l’exil comme une parcelle de sa propre identité. Elle collabore également avec plusieurs périodiques culturels québécois (Vie des arts, Séquences, Ex-Situ, TicArtToc (DAM)) et belges (Archipels, Espace de Libertés). Depuis le mois de janvier 2019, elle occupe le poste de directrice par intérim au Centre culturel Georges-Vanier à Montréal, en continuant son engagement pour l’équité sociale.

Nadine St-Louis ©Nadya KwandibensNadine St-Louis – Commissaire

Nadine St-Louis est une entrepreneuse sociale et culturelle aux racines mi'kmaqs, acadiennes et écossaises. "Elle détient plus de 25 ans d’expérience dans les affaires tant en gestion, qu’en développement et qu’en gouvernance communautaire. De plus, elle siège sur le comité-conseil pour le Ministre de la Culture pour le renouvellement culturel au Québec. Au fil des années, elle est devenue une figure importante dans le développement de l’économie autochtone par les arts et la culture au Québec, au Canada et à l’échelle internationale, grâce à des évènements culturels et à des modèles d’affaires novateurs. Entrepreneure, conférencière et formatrice, Nadine St-Louis dirige les Productions Feux Sacrés ainsi que l’Espace Culturel Ashukan (plateforme de représentation permanente située au coeur historique de Montréal) pour permettre aux artistes autochtones d’avoir accès au marché de l’art et de se faire connaître au-delà du Canada.

© Teesri Duniya TheatreRahul Varma – Dramaturge

Rahul Varma est dramaturge et directeur artistique de Teesri Duniya Theatre qu’il a cofondé en 1981. En 1998, il cofonde le magazine trimestriel alt.theatre: cultural diversity and stage. Il écrit en hindi et en anglais. Parmi ses pièces de théâtre récentes, on peut citer Land Where the Trees Talk, No man’s Land, Trading Injuries, Counter Offence, Bhopal, Truth and Treason et State of Denial. Certaines de ses pièces ont été traduites en français, italien, hindi et punjabi. Il est récipiendaire du prix du jury de la Quebec Drama Federation, pour la promotion de l’interculturalisme décerné par le Montreal English Critic’s Circle, South Asian Theatre Festival Award et du Montreal English Theatre Award pour l’équité, l’inclusion et la diversité. Il était finaliste pour le prix d’écriture dramatique de la Quebec Writer’s Federation. teesriduniyatheatre.com

Du 1er au 30 mai 2019