Semaine 4

© Éric BeauséjourTHÉÂTRE

Affiche Okuni

Okuni

Jeudi 23 mai à 19h30

Maison de la Culture Ahuntsic
10300, rue Lajeunesse
Métro Henri-Bourassa

Laissez-passer disponibles à partir du 7 mai à la maison de la culture Ahuntsic ou en ligne (frais de 2$)

Communiqué de presse

Le spectacle Okuni présente une oeuvre hybride qui intègre le jeu dramatique, les techniques du kabuki, la danse traditionnelle japonaise, le chant, la percussion, des musiques traditionnelles et contemporaines ainsi que l’utilisation de la projection vidéo.

Ce spectacle, en collaboration avec la maison de la culture Ahuntsic, propose une vision unique d’Okuni, la fondatrice du Kabuki, une forme de théâtre traditionnel japonais né au XVIIe siècle et toujours très populaire aujourd’hui.

L’histoire relate le difficile parcours d’une femme dans le Japon d’il y a 400 ans, ses inspirations, ses recherches, ses embûches qui la relient à une réalité contemporaine, incluant le poids social.

Si le personnage d’Okuni a inspiré plusieurs spectacles au Japon et au Canada, aucune pièce ne propose la rencontre entre les différents arts de la manière dont elles sont intégrées à cette oeuvre.

En collaboration avec

Maison de la Culture Ahuntsic

Événement Facebook


©Marili Levac ClarkKayo Yasuhara – Artiste multidisciplinaire

Bénéficiant d’un parcours en art dramatique à l’université de Tamagawa, à Tokyo, Kayo Yasuhara étudie le chant traditionnel et la danse Kabuki. Elle oeuvre alors dans le milieu théâtral au Japon pour finalement s’installer en Ontario. Cependant, la langue lui fait barrière, et c’est avec sa pratique artistique que Kayo parvient à s’établir. Elle poursuit son éducation artistique dans la musique avec le shamisen et les tambours japonais, initialement réservés aux hommes. Cette défiance des règles se conjugue avec celle qu’elle applique devant la séparation des disciplines artistiques et par conséquent, aux différences culturelles avec lesquels elle doit composer. Après s’être installée au Québec pour à nouveau se frotter à la question linguistique, elle se lance dans la danse folklorique japonaise tout en offrant des cours de danse aux Montréalais.es avec la troupe Komachi : ce sont les balbutiements d’Okuni. komachimontreal.com

©Imamaki MasanoriKokichi Kusano – Musicien Tour à tour membre des groupes Toronto Suwa Daiko et Ishin Daiko, Kokichi Kusano devient l’un des fondateurs de la première troupe de Taiko au Canada : Nagata Shachu. Depuis près de deux décennies, il diversifie sa pratique du Taiko avec le Shinobue et le Shakuhachi. Depuis 2012, Kokichi fait des aller-retour entre le Japon et l’Amérique du Nord pour se produire sur les scènes de festivals et pour des concerts tels que le Otakuthon Anime Festival et le Festival International de la Percussion à Longueuil et parfois avec la troupe Komachi, menée par Kayo Yasuhara. Il performe aussi au Ottawa Tea Festival et à l’Ambassade du Japon. Il est aujourd’hui instructeur au Toronto Japanese Canadian Cultural Centre Taiko Program. kusanokokichi.com

©Elisabeth CatyElisabeth Caty – Musicienne Elisabeth Caty est bachelière de l’Université de Montréal (concentration flûte à bec) et elle fait ses études en Enseignement de la musique à l’Université du Québec. Bien que sa formation soit classique, son parcours musical s’est autant imprégné de la musique ancienne et contemporaine que des musiques du monde. En musique contemporaine, Elisabeth a le privilège de travailler avec des compositeurs comme Denis Gougeon, Mike Roy, Barry Truax et André Hamel. Sa passion et son intérêt pour la musique l’ont menée vers des instruments asiatiques comme le shakuachi ou le shinobue. Elle prête ses talents de flûtistes à de nombreux projets qui oscillent entre la danse, le cinéma, la publicité, et la performance sur scène.

© Jérémie BattagliaSylvi Belleau – Comédienne, conteuse et auteure Sylvi Belleau détient un baccalauréat en art de l’Université de Montréal avec une mineure en théâtre et une maîtrise en Art dramatique de l’UQAM. Elle est aujourd’hui doctorante en littérature de la scène et de l’écran à l’Université Laval. En 1985, Sylvi fonde le Théâtre de la Source qu’elle dirige depuis le début. Elle participe à plusieurs festivals entre 1993 et 2016 en tant que conteuse et elle est également très présente sur la scène québécoise. Elle écrit de nombreuses pièces et de nombreux spectacles et anime des ateliers d’écriture. En 2013, elle a publié son premier livre Grindel et le bouc de Noël. sylvibelleau.ca

©Alexander FortinYoshino Aoki – Vidéaste et designer graphique Née au Japon, Yoshino Aoki déménage à Montréal en 1996 pour s’investir dans des études en illustration et en design au Collège Dawson. Elle est spécialisée dans les courts-métrages en animation et s’inscrit toujours dans le fantastique, son genre de prédilection. Tout en travaillant en tant que designer graphique, elle obtient un baccalauréat à la Mel Hoppenheim School of Cinema à l’Université Concordia. Ses courts-métrages en animation ont été primés dans de multiples festivals, et ce, à l’extérieur du Canada. Au cours des années, elle a obtenu divers prix comme le Prix de la Cinémathèque Québécoise pour l’excellence en cinéma d’animation (Montréal, 2011), le Royal Reel Award au Canada International Film Festival (Vancouver,2014) ou le Best Animation Award du Living Sky Film Festival (Regina, 2015).

© Éric Beauséjour

DANSE Undivided Colors

Undivided Colors

Vendredi 24 et samedi 25 mai à 20h

20$

MAI (Montréal, arts interculturels)
3680, rue Jeanne Mance
Métro Place-des-Arts

Communiqué de presse

Le Festival Accès Asie, en collaboration avec le MAI (Montréal, arts interculturels), présente Undivided Colors, une création de quatre danseurs et chorégraphes sud-asiatiques, le vendredi 24 et le samedi 25 mai 2019.

La danse, la diversité, et le genre sont les éléments qui animent Undivided Colours, un rassemblement de performances, d’idées et de conversations menées par les artistes Alvin Tolentino de Vancouver, Peter Chin et Hari Khrishnan de Toronto et William Lau d’Ottawa.

Au milieu des rythmes des différentes générations des diasporas asiatiques au Canada et ailleurs dans le monde, se trouve l’héritage de chacun et les racines de la danse. Ensemble, les artistes vont utiliser ces bagages pour défier cette identité teintée de transculturalité qui caractérise les diasporas. Pour insuffler un aspect spirituel à leur performance, indissociable de nombreuses cultures dans le monde, les danseurs vont transcender les complexités liées à la notion de genre.

En collaboration avec

Logo MAI

Événement Facebook

Réservez votre place!


©Kiku HawkesAlvin Tolentino - Danseur et chorégraphe

Né à Manille, aux Philippines, Alvin Tolentino a suivi une formation d’art et de danse professionnelle au Royal Winnipeg Ballet, à la York University, au Purchase College State University of New York et au Limon Institute. Il se nourrit de nombreuses collaborations et relations avec des danseurs et chorégraphes de partout dans le monde. Avec ses œuvres, Alvin a parcouru le monde, de l’Amérique du Nord à l’Amérique du Sud, en passant par l’Europe et l’Asie et s’est produit dans de nombreux festivals et événements de renoms. En 2000, Alvin fonde Co.ERASGA, une compagnie de danse dédiée à la recherche, à la création et à la présentation de la danse contemporaine, axées sur l’exploration et la collaboration avec des praticiens en art multimédia et des artistes locaux et internationaux. En 2010, il a reçu le prix du maire de Vancouver pour les arts de la danse en reconnaissance à sa contribution dans le domaine et auprès des communautés culturelles de Vancouver. companyerasgadance.ca

©Michael SlobodianHari Khrishnan - Danseur et chorégraphe

Directeur artistique de la troupe de danse torontoise InDANCE, Hari Krishnan est professeur associé de danse au département de danse de la Wesleyan University. Il est titulaire d’un doctorat en danse de la Texas Woman’s University où ses recherches interdisciplinaires croisent la danse et le cinéma. Les champs de recherches de Krihnan incluent les identités queer dans les performances de danse, la danse contemporaine dans sa globalité, le colonialisme, le post-colonialisme et la danse indienne, le Bharatanatyam dans le cinéma tamoul et l’histoire des traditions de la danse des courtisanes en Inde du Sud. À côté de son travail de chercheur, Hari reçoit de nombreuses commandes de l’international pour ses chorégraphies audacieuses. Il a parcouru le monde avec ses œuvres, incluant l’Amérique du Nord, l’Europe et l’Asie. indance.ca

©Anatoly BelovWilliam Lau - Danseur et chorégraphe

Né à Hong Kong et élevé à Montréal, William Lau détient une maîtrise en danse de la York University et il a suivi une formation en danse traditionnelle chinoise et en ballet classique. Actuellement, William se spécialise dans l’art de l’opéra de Pékin et il se produit autant au Québec, qu’au Canada et à l’étranger. Il développe et diffuse la richesse de la danse chinoise et de ses opéras dans une vaste partie du Canada. Il a donné une grande impulsion à une génération de travailleur.euse.s du secteur culturel et en même temps, William a repoussé les frontières de la pratique de l’art traditionnel. Pour parfaire ses atouts, il collabore avec des artistes issus de différentes disciplines et de différentes cultures. En dehors de sa pratique artistique, William est également administrateur, chercheur et producteur.

 ©Rasy HulPeter Chin - Danseur et chorégraphe

Peter Chin, directeur artistique de la compagnie de danse interdisciplinaire Tribal Crackling Wind, a été qualifié d’«homme de la Renaissance» en raison de son travail de danseur/chorégraphe, compositeur/musicien, écrivain, designer et metteur en scène. Peter est né à Kingston, Jamaïque et est basé à Toronto et à Phnom Penh. Outre son travail au Canada, il a également mené de nombreuses activités de recherche et de création en Asie et en Amérique latine, au Cambodge et en Indonésie en particulier. Ses performances ont été présentées partout au Canada dans les principaux festivals de musique et de danse, ainsi qu’aux États-Unis, en Asie, en Europe et en Amérique du Sud. Peter a reçu de nombreux prix, dont cinq prix Dora Mavor Moore pour la danse, le prix Muriel Sherrin pour ses réalisations internationales en danse et un prix Gémeaux pour sa performance dans le film Streetcar, entre autres. tribalcracklingwind.ca

© Éric Beauséjour

CINÉMA

Havana Divas poster

Havana Divas

Samedi 25 mai à 20h

10$

Gesù - Centre de créativité
1200, rue de Bleury
Métro Place-Des-Arts

Communiqué de presse

Afin de faire découvrir l’art de l’opéra cantonais et de Pékin, le Festival Accès Asie est heureux de présenter le documentaire Havana Divas de S. Louisa Wei, précédé d’une performance d’opéra de Pékin par Madame Lu, de l’organisme Jingju Québec, le samedi 25 mai, au Gesù.

Caridad Amaran et Georgina Wong ont appris l’art de l’opéra cantonais à La Havane, Cuba, dans les années 1930 auprès de leurs pères respectifs. Elles intègrent toutes les deux la troupe d’opéra Kwokkwong de La Havane en 1939. La révolution castriste les sépare, mais à 86 et 88 ans, les deux amies décident de visiter les villes natales de leurs pères et de rendre hommage à leurs ancêtres en leurs noms. Vont-elles réussir à accomplir un voyage aussi long et coûteux?

Cette soirée offrira au public l’occasion idéale d’en apprendre davantage sur la beauté et l’élégance des arts de la scène chinois.

Événement Facebook

Achetez vos billets!


Louisa WeiS. Louisa Wei – Réalisatrice

Le documentaire Golden Gate Girls (2014) de S. Louisa Wei, de nombreuses fois primé, a été bien reçu par les médias internationaux, notamment le Hollywood Reporter, le South China Morning Post et le China Daily. Il a été le film d’ouverture et de clôture de plusieurs festivals de film internationaux et de nombreuses conférences internationales. Le premier long métrage documentaire de Louisa, Storm under the Sun (2009, coréalisateur Peng Xiaolian) et la récente émission télévisée Wang Shiwei: The Buried Writer (2016) ont été salués pour leur témoignage de l’histoire des intellectuels chinois. Son long métrage documentaire Havana Divas (2018) a été projeté à Hong Kong et sélectionné pour des festivals de films comme CAAMFest36 (San Francisco) et le Festival international du film de Shanghai. Le film a reçu des critiques positives de la part des critiques et des cotes élevées du public. Elle travaille actuellement sur un documentaire sur le musicien de rock chinois Cui Jian, intitulé Red Rock.

Yan LU ©Shun LiJingju Québec – Troupe de danse

L’organisme Jingju Québec a ouvert ses portes en 2016 dans le but de faire découvrir au public québécois un art ancestral majestueux, digne des plus grands éloges, l’Opéra de Pékin. Considéré comme un trésor national en Chine, l’Opéra de Pékin combine harmonieusement chant, danse, théâtre, mimes, acrobaties et récits folkloriques. Même les arts martiaux sont mis à contribution ! Le résultat est une œuvremusicale éclectique, haute en couleur. Cette figure emblématique de la culture chinoise est inscrite au patrimoine mondial de l’UNESCO depuis 2010. Composée d’artistes et de passionnés des arts de la scène chinoise, l’organisme sino-québécoise transcende les frontières et se donne pour mission d’assurer le rayonnement au Québec du prodigieux théâtre chanté pékinois. Elle propose plusieurs types d’activités en français, en anglais et en mandarin, dont des cours, des ateliers-conférences et des spectacles. jingjuquebec.com

© Éric BeauséjourMUSIQUE Odyssée

Odyssée

Dimanche 26 mai à 14

Entrée libre

Centre des Musiciens du Monde
5043, rue Saint-Dominique
Métro Laurier

Communiqué de presse

Le Festival Accès Asie s’associe avec le Centre des Musiciens du Monde pour vous présenter Odyssée, un voyage à travers le continent asiatique, le dimanche 26 mai.

Tandis que les danseuses de l’ensemble de musique et de danse indonésienne Giri Kedaton présenteront leur répertoire de danses balinaises, l’ethnomusicologue Frédéric Léotar dévoilera des traditions musicales encore vivantes et très variées en provenance des espaces nomades d’Ouzbékistan, du Kazakhstan, du Kirghizistan et du Qaraqalpaqstan.

Le tout, agrémenté d’une surprise musicale où vous aurez le plaisir d’assister à une répétition de musiciens de grands talents.

En collaboration avec

Centre des Musiciens du Monde

Événement Facebook


© Jérôme BertrandGiri Kedaton – Ensemble de musique et de danse

Giri Kedaton, qui signifie « Montagne Royale » en Balinais, est né grâce au don de deux gamelans balinais par le gouvernement indonésien à la faculté de musique de l’Université de Montréal, suite à l’exposition universelle de Vancouver en 1986. Un atelier de gamelan balinais est créé et est rapidement victime de son succès, il accueille des grands maîtres de la musique balinaise. En 1995 l’idée de créer un ensemble autonome et distinct de l’atelier de gamelan se concrétise : c’est la naissance de Giri Kedaton. Composé de 25 musiciens et de 3 danseuses, l’ensemble s’est produit dans de nombreux festivals tels que les Francofolies 2016, le Festival Classica, le festival Tradition du Monde de Sherbrooke et le festival Orientalys. En 2007, Giri Kedaton a développé un projet intitulé Bali X qui fusionne musique balinaise et divers autres styles comme le métal, la techno, la pop, le rock, etc. Le mandat de Giri Kedaton est de faire rayonner la musique et la culture balinaise à Montréal et dans le reste du Québec et du Canada, de mettre en valeur la culture balinaise et d’entretenir les liens entre la communauté musicale de Bali et celle de Montréal. girikedaton.com

Frédéric LéotarFrédéric Léotar – Conférencier

Frédéric Léotar est un ethnomusicologue spécialiste des cultures musicales de Sibérie méridionale et d’Asie Centrale où il a effectué de nombreux terrains depuis 1996. Son expertise de l’Asie centrale l’a amené à participer à des projets d’inventaire patrimonial (UNESCO) et de numérisation d’archives sonores rares. Son livre, La steppe musicienne, paru aux éditions Vrin en 2014, s’est mérité le Prix Opus du livre sur la musique, décerné par le Conseil québécois de la musique. En 2017, il a cofondé le Centre des Musiciens du Monde dont il est depuis le directeur général. centredesmusiciensdumonde.com

© Éric BeauséjourCOCKTAIL DE CLÔTURE + VERNISSAGE

©Guy L'Heureux

Cocktail de clôture
&
Vernissage Vomiting Flowers

Jeudi 30 mai à 17h  

Entrée libre

MAI (Montréal, arts interculturels)
3680, Rue Jeanne-Mance
Métro Place-des-Arts

Communiqué de presse

Après un mois de mai mouvementé et dense en activités, le Festival Accès Asie clôturera ses festivités lors du vernissage de l’exposition Vomiting Flowers de l’artiste Hea R.Kim, présenté par le MAI (Montréal, arts interculturels).

Vomitting Flowers est une installation multimédia qui incorpore des pièces bi et tridimensionnelles fabriquées à la main et donnant vie à un environnement à la fois ludique, spéculatif, fantaisiste et familier.

Venez prendre le vin d’honneur de la fin d’un mois intense et du début d’une exposition qui promet d’être forte en caractère et en couleur.

Exposition présentée par le MAI (Montréal, arts interculturels), en association avec le Festival Accès Asie.

Logo MAI Evénement Facebook


©Jon P.Hea R.Kim – artiste multidisciplinaire

Hea Kim, née en Corée et installée à Montréal, est une artiste multidisciplinaire qui aime créer des installations d’apparence ludique, mais beaucoup plus sophistiquées qu’au premier abord. Son travail est d’intercepter les sous-cultures naissantes et la création d’hybrides entre des émotions, matériaux et concepts contrastants. Elle tente de verbaliser visuellement un monde onirique complexe en mêlant le fantastique au quotidien, l’héroïque à l’adorable, et l’enjouement de la culture populaire avec des soucis plus sérieux. heakim.weebly.com

Du 1er au 30 mai 2019